Nouvelles

28 de Juillet 2018

Jour 7: Regarder Dieu, les bras ouverts et prêts à recevoir sa miséricorde

Comme dans les exercices spirituels, l’Assemblée a décidé de vivre cette journée en silence, cherchant une plus grande profondeur et une rencontre avec le Seigneur. À la fin de la journée, un sentiment d’espoir et une invitation à la confiance prévalaient. Nous sommes entre les mains du Seigneur, qui tisse et construit, avec nous, ce corps apostolique.

Au cours de la matinée, nous nous sommes rassemblés en session plénière pour répondre à deux questions posées par l’ESDAC. La première : quel est notre charisme CVX ? Et la deuxième : quelles sont les paroles du Pape François qui résonnent le plus en nous ? Notre défi de taille a été de répondre à chacune de ces questions avec un seul mot. Les réponses sur le charisme CVX étaient composées d’autant de mots que de personnes qui sont intervenues. Néanmoins, quelques réponses se sont répétées : discernement, communauté apostolique, exercices spirituels, partager la vie, spiritualité, communauté et mission. Les paroles du Pape François qui ont été le plus citées étaient les suivantes : miséricorde, conversion personnelle, prendre soin de notre maison commune, joie de l’évangile, « ne regarde pas la vie du haut d’un balcon sans t’engager », et la mondialisation de l’indifférence.

Suite à ce préambule, notre cœur était alors disponible pour reconnaître le sens profond de notre nom commun CVX. Aller plus en profondeur pour communiquer notre identité. Nous sommes alors revenus à la question posée par une personne lors de la journée d’immersion : quelle est la fonction de la CVX ? Nous avons donc continué à nous questionner sur la meilleure manière d’être CVX dans ce monde. Quelle est notre manière de suivre et de vivre l’Évangile aujourd’hui ?

Nous avons consacré l’après-midi à regarder, avec tendresse et bienveillance, le péché de la CVX comme communauté locale et mondiale. Reconnaître nos paralysies. Que se passe-t-il, quand parfois, nos pains durcissent et deviennent rassis ? Nous ne pourrons  pas continuer à faire battre le cœur de la CVX si nous ne reconnaissons pas nos péchés. Jésus déteste le péché, mais il aime le pécheur. Il s’agit de regarder Dieu les bras ouverts pour demander sa miséricorde. La représentation du péché à l’aide de statues formées par les petits groupes fut un moment profond et percutant. Contempler la désolation de celui qui est glacé, l’inconfort de la paralysie. Quelle est la grâce de Dieu dont nous avons besoin pour nous libérer de cette paralysie ? Regarder le tout comme Jésus le ferait pour nous redonner vie et retourner à nos sentiments renouvelés. Nous le faisons avec la lumière qui provient du Christ même.